bulle
Etalement urbain, Territoires en mutation
Retour sur le site de la FNCAUE Les restitutions web des 4 sessions sont en ligne. Des zones de commentaires et de réaction sont prévues : n’hésitez-pas à vous en emparer.    
STRASBOURG (CAUE 67)
20 et 21 octobre 2011


Session 2

Apport de la prospective et des postures d’anticipation pour requestionner les projets dans leurs logiques de contenus et d’acteurs

Vu d’Alsace...
et d’ailleurs !

Des acteurs locaux, élus, chercheurs et techniciens, sont venus apporter des éclairages sur l’approche qu’ils ont de la prospective sur leurs territoires alsaciens. Leurs méthodes et leurs conclusions viennent nourrir le référentiel en cours de constitution.
N’hésitez-pas à l’enrichir de vos contributions.
CG67
Alfred Becker, vice-Président du Conseil Général, Bernard Roche et Christian Acker, MIPRO
La démarche Territoires 2030
La création de 7 Territoires de Maisons du Conseil Général en proximité avec les SCOT permet de se rapprocher des administrés tandis que la création d’une collectivité d’Alsace unique réunissant la région et les 2 départements est programmée pour 2014.
>En savoir plus ADEUS
Ahmed Saïb, directeur d’étude à l’Agence d’Urbanisme de Strasbourg
Etude portant sur 30 ans d’urbanisation en Alsace
"Aujourd’hui il y a éparpillement des constructions neuves. Et demain ? Assistera-t-on au renforcement de la métropole ou du réseau des villes moyennes ?"
>En savoir plus CRESS
Patricia Zander, maître de conférence en géographie
Etude portant sur 6 villages-pilotes transfrontaliers
"Après avoir mité le paysage, on assiste aujourd’hui à un mitage des petits villages en densifiant au coup par coup."
>En savoir plus Contribution au débat Elisabeth ROJAT-LEFEBVRE
CAUE 78
Intégration des nouveaux habitants dans les communes de Rennes Métropole
>En savoir plus
Vous souhaitez nous faire part d’une contribution

> Poster une contribution

Comment vivre et habiter quotidiennement les territoires en pression urbaine :
usages, accessibilités et stratégies ?

Objectifs et enjeux

Quelle place prendront ou peuvent prendre les professionnels et les CAUE comme acteurs ou observateurs des démarches de projets ? Comment accompagner les collectivités locales dans l’élaboration de stratégies territoriales et dans la réinterprétation des phénomènes et des mutations sociales à l’échelle des intercommunalités ? La réponse réside dans la capacité des CAUE à se saisir de l’outil de la prospective, à construire une démarche d’anticipation -avec laquelle cependant ils sont peu ou prou rompus- pour opportunément requestionner les projets dans leurs logiques de contenus (quoi, pourquoi ? comment ?) et d’acteurs (pour qui ? avec qui ?). L’objectif de cette session de formation est moins la réponse à ces interrogations au travers de l’intervention et de la parole d’experts que de tenter de construire autour d’une démarche de prospective appropriée, par l’échange et le travail collaboratif des stagiaires issus des CAUE, une ébauche, une trame d’outil pédagogique ou de communication commune que chacun des CAUE pourrait par la suite s’approprier et adapter à ses contextes spécifiques. Ce travail permet de fournir l’argumentaire et les données de connaissance pour interpeller les élus locaux dans leur éventuelle réticence à élaborer une stratégie territoriale centrée notamment sur la gestion économe de l’espace et l’application des préceptes du développement durable.

Penser le projet par la prospective : le regard de Thomas Sieverts
Thomas Sieverts est un architecte-urbaniste allemand, auteur de Zwischenstadt (1997), publié en anglais sous le titre Cities without Cities. Un symposium lui a été consacré en 2008 à l’Ecole d’architecture de Portland, Oregon.
Visionner la conférence qu’il a donnée à Portland "suddenly, the shape of the new city"
Télécharger une traduction française de son intervention

imprimer

Travail en atelier

La démarche,

Martin Vanier présente la méthode utilisée au cours de cette session. Les participants rassemblés en petites équipes définissent des parcelles de projets constituées autour d’un acteur, d’un levier et d’un futur. Le recollement de toutes ces propositions permettra à l’issue des sessions de faire naître un référentiel de projets. La difficulté est de se mettre dans une logique de transformation et de sortir de la démarche de placage ou de simple échange de pratiques.

Voir la video sur youtube

Télécharger le mode d’emploi des ateliers et ses fiches

imprimer
Les lieux supports du travail en atelier,

Trois ateliers ont été constitués selon le niveau d’avancement des projets : en marche, en questionnement et en anticipation. Pour chacun, un ou plusieurs lieux en Alsace ont été choisis. Visités rapidement au cours du premier jour, ils servent de pretexte au travail en atelier.

Atelier 1 - Ittenheim / Kochersberg : Le projet en marche
télécharger la fiche de présentation
télécharger les annexes

Atelier 2 - Ried, commune d’Ebersheim : Le projet en questionnement
télécharger la fiche de présentation

Atelier 3 - PNRVN, Neuwiller-les-Saverne et Wangen : Le projet en anticipation
télécharger la fiche de présentation de Neuwille-lès-Saverne
télécharger les annexes de Neuwille-lès-Saverne
télécharger la fiche de présentation de Wangen
Présentation et visite de Wangen en vidéo :

Voir la video sur youtube

imprimer
Le travail en atelier vu des participants,

La démarche proposée est inhabituelle pour des professionnels habitués à penser le projet dans sa globalité et sa complexité. Pour les participants interrogés, si cette approche déroutante, voire déstabilisante, au début, elle apporte au final une façon de travailler qui gagnerait à être utilisée au sein des équipes pour faire émerger d’autres manières d’appréhender les problématiques.

Voir la video sur youtube

imprimer
Présentation des 9 approches,

A l’issue du travail en atelier, 9 projets ont ainsi été dégagés. Ils ont fait l’objet d’une présentation en plénière par leurs rapporteurs et d’une synthèse par Martin Vanier.

Voir la video sur youtube
Voir les sujets des 9 projets, qui sont une première approche du référentiel. En regard, sont présentés les 14 défis du CG67.

imprimer
L’avis des experts,

Eric Charmes, directeur du laboratoires de recherche RIVES et Volker Ziegler, architecte-urbaniste, enseignant à l’Ecole d’architecture de Strasbourg, ont apporté à chaud leur réaction sur les différents projets ainsi que sur l’approche globale qui a été présentée.

Volker Ziegler est architecte-ingénieur et urbaniste. Après une double formation franco-allemande à l’Université technique de Karlsruhe et à l’Ecole d’architecture de Paris-Belleville, il participe à des projets architecturaux et urbains en France et en Europe. Enseignant l’urbanisme et le projet urbain dans les écoles d’architecture depuis 1997, d’abord en tant que vacataire à Paris-la-Villette et à Strasbourg (1997-2002), ensuite en tant que maître-assistant en à Nancy puis à Strasbourg, il est membre titulaire de l’équipe de recherche "Architecture, morphogenèse urbaine et projet" (AMUP) à l’ENSA Strasbourg. Il est auteur de recherches et de publications sur les acteurs et les territoires du projet urbain ainsi que sur l’histoire des infrastructures et leur rapport à la ville et au territoire, sujet sur lequel il prépare une thèse à la Hafencity Universität de Hambourg.

Voir la video sur youtube
En savoir plus sur Volker Ziegler
Liste de ses publications

Éric Charmes est directeur du laboratoire de Recherches Interdisciplinaires Ville Espace Société (RIVES, Université de Lyon, UMR CNRS 5600, ENTPE). Anciennement maître de conférence à l’Institut français d’urbanisme (Paris 8), il a beaucoup travaillé sur les usages de la rue, les espaces publics, les gated communities et la territorialisation résidentielle. Aujourd’hui, il s’intéresse aux petites communes résidentielles des périphéries des grandes métropoles. Il a notamment publié La Ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine (Presses Universitaires de France, 2011), Villes rêvées, villes durables (avec Taoufik Souami, Gallimard, 2009), La Vie périurbaine face à la menace des gated communities (Paris, L’Harmattan, 2005) et La Rue, Village ou décor ? Parcours dans deux rues de Belleville (Grâne, Créaphis, 2006).

Voir la video sur youtube
En savoir plus sur Eric Charmes
Article et interviews video d’Eric Charmes sur l’étalement urbain, paru dans La vie des idées
Dossier d’Etudes foncières consacré à l’explosion périurbaine

imprimer
Les enseignements de cette session de travail par Martin Vanier,

Réponse des ateliers de la session de formation de Strasbourg : oui mais…
… avec de nouvelles catégories d’acteurs, comme l’usager mobile, qui est (aussi) un « individu-solution » dans la chaîne des services à imaginer et via les « groupes de projet » (« sociocratie des usagers » !) ; et pourquoi pas le vivant non humain, au nom duquel reconstruire parfois un intérêt général localisé ?
… dans des champs d’action collective renouvelés, comme celui de l’alimentation, qui réinsère l’agriculture dans sa vocation territoriale (le « terroir alimentaire ») ; ou comme l’organisation locale de la lenteur, non pas défensive, mais structurante (« Ralentir : territoire en ordre de projet ! ») ; ou comme le patrimoine transformateur, ce classique qu’on a jamais fini de réinventer, à condition d’évènements révélateurs.
… moyennant des anticipations qui décadrent, comme… comme quoi au fait ? Avons-nous assez décadré ? Avons-nous assez divagué ? Par exemple, avons-nous vraiment pensé le tourisme de demain, avec ses récré-actifs, et ses @-tinérances ? La prospective est un art créatif difficile, qui ne s’offre pas du premier coup. Rendez-vous à Rodez ?

En attendant, deux acquis :
- Oui, on peut penser l’espace de l’étalement urbain non plus contre lui, mais avec lui, et ce faisant faire émerger des alternatives à la consommation foncière sans fin.
- La remise en ordre de projet des territoires de l’étalement change l’échelle des rendez-vous : à l’entrée par l’éternelle commune et ses projets plus ou moins désespérants des petits gestes de l’étalement perpétué, commence à succéder une approche plus ample, plus « mobilitaire », plus systémique et plus stratégique. Là aussi : rendez-vous à Rodez et sa ville-territoire.



Les propos tenus par les intervenants et par les contributeurs n’engagent que leur auteur.

imprimer

Formateurs


- Martin Vanier, Géographe, ACADIE
- Ahmed Saïb, Directeur d’étude à l’Agence d’Urbanisme de Strasbourg
- Patricia Zander, Maître de conférence en géographie, SGC, Université de Strasbourg.
- Eric Charmes, directeur du laboratoire de Recherches Interdisciplinaires Ville Espace Société (Vaux-en-Velin, Université de Lyon).
- Volker Ziegler, architecte-ingénieur et urbaniste, enseignant-chercheur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg.

Questions en débat

Vous avez réagi à ces propos prononcés au cours de ces deux journées.
Prolongeons le débat : faites-nous part de vos commentaires.

Martin Vanier citant Yves Chalas “Les bonnes idées d’aujourd’hui sont les réussites ou les échecs de demain.”
Eric Charmes “En luttant contre l’étalement à l’échelle d’une commune, on pousse la demande plus loin et on aggrave le problème car on augmente la mobilité tout en mitant tout autant le territoire.”
Volker Ziegler “Vous ne parlez pas des formes de l’habitat de demain alors que l’habitat est le moteur n°1 de l’étalement urbain.”
Emmanuel Brochard “Alors que c’était le sujet de la session précédente, personne n’a mis la question économique au coeur des projets.”
Vincent Bassez “L’action publique doit accompagner l’initiative privée, s’appuyer sur elle.”
Ahmed Saïb “Il y a des pressions qui font que plus c’est mité, plus on veut urbaniser.”
Patricia Zander “Si on fait du remplissage de parcelles, on n’arrivera pas à construire un territoire communal intéressant.”
Alfred Becker “Les temps de crise ont aussi cette vertu que de se reposer un certain nombre de questions sur la pertinence de l’ensemble de nos interventions.”
Elisabeth Rojat-Lefebvre “Il faut passer d’un élément technique pur à une dimension différente qui intéresse les élus et le grand public.”
Sylvaine Glaizol “Peut-être que sur la mobilité, nous CAUE manquons d’expertise ?”
Volker Ziegler “Les gens se mobilisent s’ils ont quelque chose à perdre. L’idée c’est de renverser cette situation et d’arriver à une concertation, un débat permanent.”